David Taieb aka Catman

David Taieb aka Catman est un musicien iconoclaste, homme-orchestre autodidacte, performeur-improvisateur, auteur, compositeur et producteur de musique électronique.

Agitateur sonore, il est un des précurseurs de l'utilisation des platines comme instrument à part entière.
Il a été sideman de nombreux artistes dans le domaine de la musique (Silmarils, -M-, Java, Tryo, Femi Kuti, Keziah Jones).
Il a également composé pour la danse contemporaine (Alban Richard, Bernardo Montet, Kitsou Dubois) et pour le théâtre (Bob Wilson, Fantazio, Fisbach).

Originaire de Paris expatrié à Bruxelles, il a fondé le label et maison de micro-édition Much Much More, créé le label Slackness et co-fondé le laboratoire transdisciplinaire La Maison Magasin.

Catman, Catman (musicien)
© Caroline Taieb


FLASHBACK

Né en 1971 dans le 92, David Taieb grandit dans le 93.
Issu d'une famille d'origine juive tunisienne non-pratiquante mais paradoxalement très à cheval sur les traditions religieuses, il questionnera à travers ses travaux le rapport aux dogmes et à l'identité, aux normes et à l'autorité.
A l'âge de 13 ans, il se passionne pour la culture Street-Art et s'initie sauvagement à la pratique du mixage DJ qu'il voit comme le moyen de mélanger à sa guise diverses sources d'inspirations.
« C'est dans la collision des univers que se révèle une identité singulière ».
Guidé par l'esprit sorcier de figures emblématiques comme Afrika Bambaataa et Grand Master Flash, il constitue sa discothèque et découvre les albums de Betty Davis , Sly Stone , George Funkadelic Clinton , Frank Zappa, Prince et Fishbone qui lui donnent instantanément l'impulsion de passer à la pratique instrumentale de la basse électrique. C'est précisément sur leurs albums qu'il apprendra à jouer simultanément basse et platine, dans un va-et-vient dynamique entre Play, Stop et Rewind.

DE DAVID TAIEB À DJ SHALOM

En 1990, il s'installe à Paris et fait ses débuts dans le milieu F.U.N.K. alternatif avec le collectif THC dans lequel on le surnomme malgré lui Shalom.
Il travaille ensuite avec la compagnie Mécanique Vivante pendant plusieurs années.
Découvrant parallèlement les techniques de studio, il expérimente les sons-textures-grains et teste différentes combinaisons de groove. Il déstructure sons et rythmes jusqu'à les transformer en une matière sonore organique et personnelle.

PREMIÈRES COLLABORATIONS ARTISTIQUES

En 1995, il devient sideman de Silmarils, officiant en qualité de DJ.
Il prend le pseudonyme de DJ Shalom.
Endurance, rigueur et précision sont dévelopées par le rythme intensif de cette tournée professionnelle, mais le caractère systématique de cette grosse machine finit par l'ennuyer.
En 1996, il devient membre du collectif culte et avant-gardiste Olympic Gramofon.
De 1997 à 1999, il réalise son duo discographique Mozesli.
En 1999, il participe aux albums et tournées du saxophoniste Julien Lourau (membre d'Olympic Gramofon).
En 2000, il rejoint -M- sur le Tour de -M- avec qui il travaillera en électron libre jusqu'en 2005.
C'est également à cette période qu'il commence à composer pour la danse contemporaine et pour le théâtre.
Cette diversité de collaborations artistiques lui permet d'explorer de nouvelles facettes de son travail créatif et nourrissent sa vision personnelle de la musique.

DO IT YOURSELF !
SLACKNESS RECORDS

En 2001, il se lance dans l'auto-production et décide de monter son propre label Slackness afin d'être plus autonome dans son travail.
Il expérimente alors un nouveau mode de création frénétique et schizophrène en multipliant les projets sous différents pseudonymes. Sans chercher à réaliser une production stylistiquement homogène, chaque oeuvre est conçue comme une nouvelle déclinaison qu'il s'amuse à réaliser toujours avec le même sourire aux lèvres.
Il élargit d'abord le champ intergalactique avec son duo Shalark qui fut reconnu comme « une des pierres angulaires du passage de l'electro-pop d'hier au punk-funk d'aujourd'hui ».
Il publie en 2003 son premier album solo au funk déjanté DJ Shalom dont « le résultat, qui mixe abstract hip hop, punk rock, electro 80's, et indus est exceptionnel ».
Il poursuit ses expérimentations et réalise sa série de grooves Criminal Beats, l'expérience Urban Chill Out, son personnage-preacher Johnny Dollar, son duo SH 747, ainsi que plusieurs autres productions telle l'artiste Susie One toujours sur son label Slackness.

IMPROVISATION
LA MAISON MAGASIN

En 2008 et en réaction au conformisme qui a finalement eu raison de l'industrie musicale, il crée avec l'artiste plasticienne Susie One, La Maison Magasin, laboratoire transdisciplinaire dans lequel sont donnés in-situ et hors les murs des rendez-vous mensuels à des musiciens, plasticiens, vidéastes ... afin de présenter des créations éphémères.
Ces rassemblements occasionnels d'artistes autour de conceptions et de manifestations placent la rencontre et l'improvisation au centre de sa démarche artistique.

I AND I
DE DJ SHALOM À L'HOMME-CHAT

Fin 2010, il réalise le double album I and I dans lequel il ose en triturant ses instruments le très grand écart entre la bonne grosse musique de club presque enfantine et des compositions hyper expérimentales.
« Tous les possibles se télescopent ici en irradiant l'oreille de moult surprises sonores et grooves imprévus ».

MUCH MUCH MORE
LA MÉTAMORPHOSE PAR LA TRANSE

2011, Direction Bruxelles.
Féru de sémantique et de jeux autour du langage, il répète « much much more » à intervalles réguliers et entend le son du train.
Much Much More devient alors un processus dynamique en mouvement, un espace de production d'idées et d'oeuvres, un label et une maison de micro-édition.
Le 10 février 2015, il publie son premier Manifeste puis réalise un livre d'artiste intitulé K — à mi-chemin entre poésie et arts visuels et sonores — en hommage à Elsa Cayat.

DE L'HOMME-CHAT À CATMAN

Revenant aux sources de ses premières influences musicales, à la symbolique et à la mythologie F.U.N.K., il invente son personnage Catman.
Sous un son funk-technoïde, Catman — personnage animal à l'humour noir muni de sa paire de lunettes blanche — passe de la basse aux platines, chante parfois et vient nous éclairer avec son onde de shock comme arme de libération massive capable de réanimer tous les liquid-slaves et zombies de l'univers.
Influencé par les mouvements F.U.N.K., Techno et DADA, Catman propose un moyen de se libérer de l'aliénation d'une société déshumanisée par la transe et le mouvement, sans dog-me ni maître.

Pour plus d'infos, consulter le Wikipédia de David Taieb aka Catman

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Télécharger la biographie de David Taieb aka Catman